Records du monde du 400 mètres hommes

    Mike Rosenbaum est un écrivain sportif primé couvrant divers sports et événements depuis plus de 15 ans.notre processus éditorial Mike RosenbaumMis à jour le 16 juillet 2018

    Le record du monde masculin du 400 mètres est en possession presque exclusive des États-Unis depuis que l'IAAF a ratifié pour la première fois une marque du monde en 1912. Dix-sept des 20 détenteurs du record étaient des Américains, y compris certains concurrents qui ont couru plus de 440 mètres que quiconque. avait déjà couru plus de 400 mètres, même si 440 verges totalisent 402,3 mètres.

    Les premiers détenteurs de records

    La première course de 400 mètres reconnue comme un record du monde était l'effort de Charles Reidpath qui a remporté la médaille d'or aux Jeux olympiques de 1912, que l'Américain a remporté en 48,2 secondes. Dans le même temps, l'IAAF a reconnu un autre record de 440 verges établi par un autre Américain, Maxie Long, qui a enregistré un temps de 47,8 secondes en 1900. Les deux records ont été battus en 1916 lorsque l'Américain Ted Meredith a couru le 440 en 47,4 secondes, établissant une marque qui a duré près d'une douzaine d'années complètes. Emerson Spencer a abaissé le record à 47 à plat dans une course de 400 mètres en 1928.

    Le record 400/440 a été battu par deux Américains en 1932, d'abord par Ben Eastman, qui a couru 440 verges en 46,4 secondes, puis par Bill Carr, qui a remporté la finale olympique de 1932 en 46,2. Eastman a terminé deuxième aux Jeux olympiques, perdant la course et son record en même temps tout en remportant l'argent médaille comme lot de consolation. Quatre ans plus tard, Archie Williams est devenu le septième Américain à posséder la marque, exécutant le 400 en 46,1 lors des championnats de la NCAA de 1936.





    Le 400 Record quitte brièvement les États-Unis

    L'Allemand Rudolf Harbig est devenu le premier homme non américain à posséder le record du monde du 400 mètres lorsqu'il a couru sur 46 à plat en 1939. Les États-Unis ont regagné une partie de la marque deux ans plus tard lorsque Grover Klemmer a égalé l'effort de Harbig. Le Jamaïcain Herb McKenley est ensuite entré dans le livre des records à deux reprises en 1948, exécutant une course de 46 secondes sur 440 verges en juin, puis un 400 mètres de 45,9 secondes en juillet.

    Les États-Unis ont récupéré le record en 1955 lorsque Lou Jones a réalisé un temps de 45,4 secondes pour une course de 400 mètres en altitude lors des Jeux panaméricains de Mexico. Jones a ensuite abaissé la note à 45,2 lors des essais olympiques américains à Los Angeles l'année suivante.



    Doubles détenteurs de records

    Le Jeux Olympiques de Rome 1960 a fourni le cadre du premier 400 de moins de 45 secondes, car la finale olympique a produit un vainqueur mais deux détenteurs de records du monde. L'Américain Otis Davis a été le vainqueur surprise en 44,9 secondes, tandis que l'Allemand Carl Kaufmann, médaillé d'argent, a été crédité du même temps. En effet, lorsque les officiels ont examiné la photo de l'arrivée, le nez de Kaufmann était devant celui de Davis alors que l'Allemand se penchait en avant, mais le torse de l'Américain était devant celui de Kaufmann. Contrairement aux courses de chevaux, vous ne pouvez pas gagner un sprint par le nez ; c'est le corps qui compte, alors Davis a gagné le médaille d'or . Mais les deux concurrents ont été reconnus sur la liste des records du monde. En 2016, Kaufmann est le dernier non-américain avec son nom sur le record du monde du 400 mètres.

    Adolph Plummer a égalé le temps de 44,9 secondes dans une course de 440 verges lors des championnats de la Western Athletic Conference en 1963 – le dernier coureur à rejoindre la liste pour un effort de 440 verges – puis un autre Américain, Mike Larrabee, a couru un 44,9 secondes 400 mètres aux essais olympiques en 1964. Tommie Smith a brisé l'impasse de 44,9 secondes en abaissant la marque à 44,5 secondes en 1967.

    Deux autres Américains ont battu le record en 1968, tous deux en altitude. Tout d'abord, Larry James a couru le 400 en 44,1 secondes aux essais olympiques américains à Echo Summit, en Californie. James a en fait terminé deuxième derrière Lee Evans dans la course, mais le temps d'Evans de 44 à plat n'a pas été reconnu par l'IAAF parce qu'il portait un Les chaussures. Evans a ensuite remporté la finale olympique de 1968 en 43,8 secondes, avec des chaussures approuvées par l'IAAF. Evans a conservé la marque lorsque l'IAAF a cessé d'accepter les records chronométrés à la main, bien que son temps ait été modifié à 43,86. Sa marque a duré 20 ans jusqu'à ce que Butch Reynolds coure 43,29 à Zurich en 1988.



    Michael Johnson sprinte en Espagne

    Reynolds a détenu le record pendant 11 ans jusqu'à ce que Michael Johnson réalise un temps de 43,18 secondes aux Championnats du monde de 1999 à Séville, en Espagne. Johnson a subi des blessures en 1999 et n'a fait partie de l'équipe du championnat du monde américain que parce qu'il avait obtenu une entrée automatique en tant que champion en titre. Mais il a retrouvé la santé à temps pour gagner l'or et une place durable dans le livre des records.

    Wayde van Niekerk bat le record

    Michael Johnson a détenu le record jusqu'aux Jeux olympiques de Rio 2016, où il a battu le record avec un temps de 43,03 secondes. C'était une différence de 0,15 seconde pour la star sud-africaine.